gtag('config', 'G-6WFWFXK1DJ');
Sports

Chancel sourit aux audacieux

Chancel sourit aux audacieux
Written by admin7

Le 15 juillet dernier, Chancel Mbemba est devenu la deuxième recrue du mercato estival de l’OM. Le défenseur congolais vient ainsi satisfaire pour trois ans le besoin d’expérience au sein d’un collectif qui se doit d’être sur les meilleurs rails pour reprendre le train de la Ligue des champions. Portrait d’un joueur solide, travailleur et déterminé à enflammer le Vélodrome.

Habituellement destinée à mesurer la dureté d’une pierre, l’échelle de Mohs aurait tout autant pu aider les recruteurs à classifier la solidité de défenseurs qu’ils auraient en ligne de mire. Sur cette même échelle de dix niveaux, la place de Chancel Mbemba se serait sans aucun doute située entre la dureté 8 du topaze et la dureté 10 du diamant. Même si son arrivée à l’OM n’a pas été la plus médiatisée, il ne fait aucun doute que l’international aux 66 sélections avec la République démocratique du Congo saura satisfaire les exigences du peuple marseillais dans le secteur défensif. Libre après l’expiration de son contrat avec le FC Porto – et un désaccord salarial selon A Bola -, Mbemba ne manquait pas de sollicitations. Liverpool, Milan, Naples, le Bétis ou encore l’OL avaient tous montré un intérêt plus ou moins insistant pour le joueur.

Porto peut dire « merci pour ce Mbemba »

Le chemin avant d’être sur les tablettes des plus prestigieux clubs européens était pourtant sinueux, pour Chancel Mbemba. Après quelques clubs amateurs de Kinshasa, l’homme aux quatre dates d’anniversaire rejoint l’académie d’Anderlecht en 2011. Les entreprises belges n’étant pas les seules à avoir des intérêts miniers en RDC, le Royal Antwerp, le Standard et ainsi Anderlecht vont eux aussi piocher quelques diamants bruts sur les rives du fleuve Congo. Chez les Mauves, Mbemba rencontre Rolando, prêté par le FC Porto en 2015. « En dehors du terrain, c’était vraiment un bon petit. Quelqu’un de calme et timide » , témoigne l’international portugais. Quatre ans en Belgique, dont deux saisons pleines en Jupiler Premier League, le Congolais impressionne par sa maturité physique et sa solidité dans les duels. Suffisamment pour qu’en 2015, le Newcastle de Steve McClaren l’engage pour 6 millions d’euros. En Angleterre, Mbemba chancèle. Malgré une première saison prometteuse, cette dernière se solde par une relégation en Championship. La suivante, sous les ordres de Rafael Benítez, freine sa progression. Ce dernier, qui juge que son défenseur n’apprend pas assez vite l’anglais, l’écarte du onze. Mbemba ne retrouvera jamais réellement la confiance de l’entraîneur des Magpies. Pas de quoi briser la sienne pour autant. À l’expiration de son contrat à l’été 2018, il rejoint le FC Porto.

L’arrivée de Chancel Mbemba au Portugal se fait sous les auspices de Sergio Conceição, qui demande personnellement son recrutement. Les quatre saisons de leur collaboration satisferont amplement l’entraîneur des Dragons. Après une saison d’adaptation marquée par une blessure au genou, Mbemba joue un rôle important dans la conquête du titre de champion du Portugal en 2020 ainsi que celle de la Coupe nationale la même année, où il marque un doublé de la tête contre Benfica en finale. Son duo avec Pepe devient inamovible, et les deux saisons suivantes ne seront que meilleures. Placé dans l’axe central droit de la défense à quatre du 4-4-2 de Sergio Conceição, il est le pilier inamovible de la charnière centrale. Alors que l’éternel Pepe a dû composer avec quelques pépins physiques en 2021-2022, aucune interrogation n’est venue menacer Mbemba. À tel point que du haut de ses 47 rencontres disputées la saison dernière, il est devenu le joueur le plus utilisé de l’effectif, devant le gardien international portugais Diogo Costa ou Otávio, considéré comme le meilleur joueur de l’effectif portista. En compétitions nationales comme européennes, Mbemba a su conquérir Porto, qu’il a fini par quitter pour une aventure à Marseille. Deux villes que Rolando n’hésite pas à mettre en parallèle : « Marseille est très semblable à Porto. Ce sont de grandes villes passionnées par le football et où tout le monde est derrière le club de la ville. »

Année charnière, pour lui et pour l’OM

Tout juste intronisé comme nouvel entraîneur de l’OM, Igor Tudor n’a pas tardé à faire connaître ses intentions de jeu. Son football, se voulant « offensif, intense, organisé, courageux » , devrait correspondre en tous points au joueur qu’est Chancel Mbemba. D’autant plus que lors de sa première conférence de presse, Tudor avait eu à cœur d’ajouter que ce football ne devait pas se mettre en place « au détriment de la défense » . « Offensif » ne serait pas le premier adjectif nous venant à l’esprit concernant le défenseur, même s’il a su se montrer décisif dans de grands moments. « Intense » , Mbemba l’est sans aucun doute. « Ses plus gros atouts sont sa grande vélocité, sa qualité dans le duel individuel et sa polyvalence » , atteste notamment Rolando. « Organisé » , Chancel Mbemba a appris à l’être avec un Sergio Conceição intransigeant à cet égard. Ce dernier insiste auprès de ses joueurs sur des notions telles que le positionnement ou l’anticipation, deux notions parfaitement assimilées par le costaud congolais. Cette bonne organisation, Mbemba a aussi pu l’assimiler par son expérience européenne. À 27 ans, officiellement, il cumule 24 matchs en Ligue des champions et en Ligue Europa sur les deux dernières saisons. Une expérience qui sera fondamentale dans un secteur défensif où il pourra faire office de mentor – avec Luan Peres – auprès de joueurs tels que Leonardo Balerdi, Samuel Gigot ou Isaak Touré, encore novices à un tel niveau. « Courageux » enfin, car Mbemba n’hésite pas à donner le meilleur de lui-même pour les siens.

Il reste désormais à connaître le rôle exact que Tudor confiera à Mbemba. Si le schéma à trois défenseurs vient à se confirmer, Mbemba pourrait en occuper la place centrale. Sa solidité, largement louée, mais aussi son rôle de cadre pour des joueurs moins expérimentés devraient faire de lui le favori pour ce poste. Il faudra néanmoins l’entourer de joueurs à l’aise à la relance et grands, car le talon d’Achille du Congolais est là. Il n’est pas un grand relanceur et est souvent mis en difficulté dans le jeu aérien du haut de son 1,82m. En 2021-2022, il n’a ainsi remporté que 46% de ses duels aériens. Un bon relanceur comme Balerdi ou Luan Peres ainsi qu’un joueur au physique imposant tel qu’Isaak Touré et son double mètre pourraient ainsi épauler au mieux l’ancien taulier du FC Porto. Concernant l’intégration du joueur dans le collectif, elle devrait bien mieux se faire qu’à Newcastle par exemple. Pour cause, le défenseur de 27 ans parle déjà français et connaît certains membres de l’équipe comme Cédric Bakambu, son coéquipier en sélection. « Je suis très confiant dans le fait qu’il saura s’imposer à l’OM, prévient Rolando. C’est un joueur prêt pour le plus haut niveau, avec beaucoup de qualités et d’expérience. D’autant plus que ses caractéristiques s’adaptent très bien à la forme de jeu de la Ligue 1. Je suis certain que les supporters et le club adoreront le grand homme et le joueur qu’il est. » Aucun doute, Pablo Longoria s’est encore mué en chercheur d’or cet été. Et il y a fort à parier que cette pierre précieuse trouve sa place dans l’édifice olympien.

Par Amaury Gonçalves

#Chancel #sourit #aux #audacieux

About the author

admin7

Leave a Comment